Par Jacques CARLES le 24 septembre 2021 à 19h à la médiathèque Montaigne – Sète Agglopôle Méditerranée – 34110 Frontignan

Date & Heure

29 janvier 2021

à 19h00

Lieu

Médiathèque Montaigne

34110 Frontignan

Technique et société sont intimement liées. En observant cette relation au fil du temps, il est possible de construire une prospective qui éclaire notre futur.

Chaque grande révolutions technologiques de l’humanité apporte des biens en masse : nourriture pour la révolution agricole du néolithique, objets matériels pour la révolution industrielle, produits immatériels pour la révolution cognitive d’aujourd’hui.

A chaque fois, un changement du mode de communication et de transmission de l’information accompagne la rupture de civilisation qu’entraine la technologie.

Lorsqu’il se sédentarise, il y a 10000 ans Homo sapiens invente l’agriculture et l’élevage mais aussi la propriété, le travail et l’esclavage. Les petits groupes humains, peu ou prou égalitaires, évoluent vers des communautés pyramidales attachées à un territoire. L’habitat change et les organisations humaines que nous connaissons encore aujourd’hui se mettent en place : villages, villes, états. Après des millénaires de stabilité, la première révolution technologique ouvre ainsi l’ère de la « croissance », c’est-à-dire une période où un certain progrès va se faire au prix d’une pression sur l’environnement et de déséquilibres de plus en plus inquiétants.

La société agraire et artisanale bascule vers une société industrielle et commerciale entre le 18ème et le 20ème siècle. Aujourd’hui avec la nouvelle révolution technologique en cours, l’humanité s’apprête à disposer de pouvoirs que nous avons encore du mal à imaginer mais qui vont aboutir à la disparition du travail, refermant ainsi une parenthèse ouverte il y a 10.000 ans.

Dans le même temps, l’activité humaine conduit à l’épuisement de ressources, à l’effondrement de la biodiversité et au changement climatique.
Le point de non-retour est-il déjà dépassé ? Allons-nous vers un naufrage complet ? L’effondrement de l’humanité est-il inéluctable ? Sommes-nous encore capable de rebondir et de refonder notre civilisation ?